publicité

On trouve des acides dans presque toutes les cuisines du monde, des agrumes comme les citrons et les oranges aux produits laitiers fermentés comme le yaourt ou le kéfir, en passant bien sûr par le vinaigre de vin, le vinaigre de riz, le vinaigre de malt ou de pomme. Il est intéressant de noter que toutes ces sources d’acide ont des effets bénéfiques sur la santé.

Vinaigre : réduit la glycémie et l’insuline jusqu’à 60% chez les diabétiques

Plus précisément, le vinaigre semble avoir un effet très positif sur les personnes souffrant de résistance à l’insuline, un trouble métabolique à l’origine du diabète, de l’obésité, des maladies cardiovasculaires ou de la maladie d’Alzheimer. Les causes de la résistance à l’insuline sont le stress, l’inflammation chronique et les aliments transformés.

Le moyen le plus efficace de réduire la résistance à l’insuline, tant chez les personnes en bonne santé que chez celles qui sont déjà malades, est de faire de l’exercice intensif et d’éviter le sucre. Cependant, toute aide est la bienvenue. C’est là que le vinaigre entre en jeu.

Deux cuillères à soupe de vinaigre de cidre de pomme réduisent significativement la glycémie et les taux d’insuline lorsqu’elles sont prises avant un repas riche en glucides chez des personnes présentant une résistance à l’insuline ou un diabète.

Les mêmes deux cuillères à soupe de vinaigre avant d’aller se coucher ont réduit la glycémie de 4 % le lendemain matin chez les diabétiques.

Un examen récent de plusieurs études a révélé que la glycémie et l’insuline étaient réduites jusqu’à 60 % chez les participants prenant du vinaigre.

Les chercheurs mettent en évidence plusieurs mécanismes par lesquels le vinaigre a ces effets bénéfiques. D’une part, il augmente les niveaux d’un composé appelé AMPK, qui réduit la production de glucose dans le foie, et de GLP-1, une substance qui aide le pancréas souffrant de résistance à l’insuline à mieux faire son travail. En ce sens, le vinaigre a des effets similaires à ceux du médicament metformine.

Vinaigre avant les repas : régule l’appétit et aide à perdre du poids jusqu’à 1,7 kilos

Le vinaigre a également des effets positifs sur la régulation de l’appétit et la satiété. D’après cette étude, des participants obèses ont reçu du vinaigre avant des repas riches en glucides et ont mangé moins pendant le reste de la journée. Plus précisément, une cuillère à soupe de vinaigre a entraîné une perte de poids de 1,2 kg et avec deux cuillères à soupe, ils ont perdu 1,7 kg.

Cependant, il ne faut pas exagérer les quantités prises. Parmi ses bienfaits, le vinaigre n’est pas une potion magique. En excès, il peut provoquer des caries dentaires, des indigestions et une perte osseuse.

Comment incorporer le vinaigre dans nos repas ? Dans les études, deux cuillères à soupe de vinaigre ont été diluées dans de l’eau avec un peu d’édulcorant. Une autre option très simple consiste à commencer les repas par une salade de feuilles vertes assaisonnée d’huile et d’un bon vinaigre.

Vinaigre : diminue la glycémie, améliore l’insuline et réduit les graisses

Le vinaigre améliore la sensibilité à l’insuline d’un repas riche en glucides chez les personnes présentant une résistance à l’insuline ou un diabète de type 2.

Ces données indiquent que le vinaigre peut améliorer de manière significative la sensibilité à l’insuline postprandiale chez les sujets insulinorésistants. Il a été démontré que l’acide acétique supprime l’activité de la disaccharidase et augmente les concentrations de glucose-6-phosphate dans les muscles squelettiques ; il pourrait donc avoir des effets physiologiques similaires à ceux de l’acarbose ou de la metformine.

La consommation de vinaigre avant le coucher réduit les concentrations de glucose au matin chez les adultes atteints de diabète de type 2. La glycémie à jeun a été réduite de 0,15 mmol/l (2 %) et de 0,26 mmol/l (4 %) pour les traitements par placebo et par vinaigre, respectivement.

La consommation de vinaigre peut atténuer les réponses postprandiales au glucose et à l’insuline, tant chez les patients sains que chez les participants présentant des troubles de la glycémie.

TRiglycérides à 500, que se passe-t-il dans le corps ?

La prise de vinaigre réduit le poids corporel, la masse graisseuse et les niveaux de triglycérides sériques chez les sujets japonais obèses. Pendant la période de traitement de 12 semaines, les sujets de chaque groupe ont consommé 500 ml par jour d’une boisson contenant 15 ml de vinaigre (750 mg AcOH), 30 ml de vinaigre (1 500 mg AcOH) ou 0 ml de vinaigre (0 mg AcOH, placebo). Le poids corporel, l’IMC, la surface de graisse viscérale, le tour de taille et le taux de triglycérides sériques étaient significativement plus faibles dans les deux groupes ayant consommé du vinaigre que dans le groupe placebo.