Maladie d’Alzheimer précoce : signes d’alerte et symptôme

La maladie d’Alzheimer, y compris sa forme précoce, affecte principalement les femmes. Il existe certains facteurs déclencheurs à reconnaître.

La maladie d’Alzheimer est l’un des pires fléaux de notre siècle. Mais en quoi consiste-t-elle exactement ? La maladie d’Alzheimer est la forme la plus courante de démence générative progressivement invalidante qui survient principalement à l’âge présénile, c’est-à-dire au-delà de 65 ans. Cependant, la maladie peut être précoce et, par conséquent, se manifester plus tôt.

Maladie d’Alzheimer précoce : différences de genre et de développement

Le postulat est fondamental : en effet, les fonctions cognitives diffèrent selon le sexe et sont affectées différemment par les processus pathologiques qui conduisent au développement de la maladie. Il suffit de dire qu’à partir de 65 ans, la prévalence de la démence double tous les cinq ans jusqu’à l’âge de 90 ans.

D’un point de vue statistique :

  • Tranche 65-69 ans : la prévalence de la démence est de 1,5 %.
  • Tranche 70-74 : 3 %.
  • Tranche 75-79 : 6%.
  • Tranche 80-84 : 12%.
  • Tranche 85-89 : 24%.
  • Plus de 90 ans : 35 à 45 % de la population est touchée.

Ce sont surtout les femmes qui sont les plus exposées au risque de démence et qui courent deux fois plus de risques de développer la maladie d’Alzheimer, en particulier dans les tranches d’âge les plus élevées. C’est précisément chez les femmes que l’on trouve les facteurs de risque les plus importants, capables d’altérer leurs facultés cognitives au point de développer la maladie.

Les éléments accidentels peuvent être, avant tout, des symptômes de dépression cliniquement significatifs et la positivité à des allèles spécifiques de l’Apolipoprotéine E (APOE). L’APOE (Apolipoprotéine E) est le plus fort facteur génétique connu prédisposant au développement de la maladie d’Alzheimer dans sa forme dite sporadique.

Les facteurs de risque cardiovasculaire tels que le diabète de type 2 et l’hypertension, maladies dont la prévalence chez les femmes augmente de manière inquiétante dans le monde, contribuent également au développement de la maladie d’Alzheimer.

Maladie d’Alzheimer précoce : symptômes

  • Perte de mémoire.
  • Difficultés à planifier ou à résoudre des problèmes.
  • Difficultés à respecter ses engagements.
  • Confusion dans le temps ou dans l’espace.
  • Difficulté à comprendre les images visuelles et les relations spatiales.
  • Problèmes d’élocution et d’écriture.
  • Ne pas retrouver les objets et perdre la capacité de revenir sur ses pas.
  • Jugement médiocre ou réduit.
  • Retrait du travail ou des activités habituelles.
  • Changements d’humeur et de personnalité.

Perte de mémoire

La perte de mémoire est l’un des signes les plus courants de la maladie, en particulier lorsqu’il s’agit d’oublier des informations récemment apprises. D’autres signes à ne pas sous-estimer sont l’oubli de dates ou d’événements importants, le fait de demander plusieurs fois la même information, le besoin accru de recourir à des aides-mémoire (par exemple des rappels ou des appareils électroniques) ou à des membres de la famille pour effectuer des tâches que l’on avait l’habitude de faire.

Difficultés de planification ou de résolution de problèmes

Se produit lorsqu’il y a un changement soudain dans la manière dont une tâche donnée est organisée ou exécutée, ou dans le travail avec les chiffres (par exemple, difficulté à suivre les factures mensuelles). Les personnes soumises à ces changements soudains manifestent des difficultés de concentration et mettent plus de temps à accomplir leurs tâches.

Difficultés à remplir ses engagements

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont tendance à avoir des difficultés à accomplir les tâches quotidiennes, qu’il s’agisse du travail, des loisirs ou de la famille. Par exemple, elles peuvent avoir des difficultés à conduire la voiture jusqu’à un endroit familier ou à gérer le budget.

Confusion avec le temps ou le lieu

Les personnes ont tendance à perdre la notion du temps : jours, mois, dates et saisons. Parfois, on oublie où l’on se trouve ou même comment on y est arrivé. En d’autres termes, on oublie le chemin parcouru.

Difficultés à comprendre les images visuelles et les relations spatiales

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont tendance à avoir des problèmes avec les images visuelles et la perception spatiale. Elles ne peuvent donc pas lire, ni évaluer les distances, ni déterminer les couleurs. En termes de perception, elles peuvent donc ne pas reconnaître leur propre personne dans le miroir.

Problèmes d’expression orale et écrite

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer peuvent avoir des difficultés à suivre ou à participer à une conversation, ce qui entraîne une confusion soudaine ou des répétitions inconscientes. D’autres difficultés peuvent survenir lorsque l’on parcourt un vocabulaire à la recherche du bon terme ou que l’on associe le mauvais nom à quelque chose.

Ne pas retrouver les objets et perdre la capacité de revenir sur ses pas

La maladie se traduit par le placement d’objets ou de choses dans des endroits inconnus. Par conséquent, les personnes atteintes de la maladie perdent des objets ou sont incapables de revenir sur leurs pas pour les retrouver. Actions qui deviennent plus fréquentes avec le temps.

Mauvais jugement ou jugement réduit

Changements dans la prise de décision et le jugement. Cela se traduit, par exemple, par un manque d’attention aux soins personnels ou à la gestion judicieuse de l’argent.

Abandon d’activités habituelles ou liées au travail

L’abandon des passe-temps, des passions, des activités sociales ou des projets professionnels est un autre symptôme sous-jacent de la maladie d’Alzheimer. Ainsi, les personnes atteintes peuvent avoir des difficultés à suivre leur équipe favorite ou éviter les rencontres sociales en raison des changements qu’elles ont subis.

Changements d’humeur et de personnalité

Les changements soudains d’humeur et de personnalité sont un autre facteur de stress pour les personnes atteintes de la maladie. Elles peuvent facilement devenir soudainement confuses, méfiantes, anxieuses ou effrayées. Elles peuvent facilement se mettre en colère contre des personnes et dans des lieux qui ne correspondent pas à leur zone de confort.

Comment intervenir sur les facteurs de risque « modifiables » ?

Il est possible de prévenir le développement de la démence. Cela passe par l’adoption rapide d’un mode de vie sain : alimentation équilibrée (régime méditerranéen), abstention de fumer et limitation de l’alcool, activité physique régulière, maintien d’un poids corporel adéquat, maintien d’intérêts et de bonnes relations sociales, suivi et traitement de l’hypercholestérolémie, du diabète et d’éventuels problèmes cardiovasculaires.

Plus d'articles

Afficher plus Chargement...No more posts.