publicité

Les capacités cognitives s’amenuisent avec le temps. On croit que ce déclin commence autour de soixante ans. Néanmoins, selon une étude effectuée par l’INSERM, ce processus commence bien avant que les problèmes cognitifs apparaissent. Cela commence autour de 45 ans. Avant que les symptômes se mettent en place, le cerveau commence à subir des modifications entre 15 ans et 20 ans avant. Certes, il est vrai que l’on ne peut pas empêcher le cerveau de vieillir, mais il importe de revoir sa conduite et surtout certaines actions anodines qui font vieillir rapidement le cerveau.

1. Le manque de sommeil est néfaste au cerveau

On sait tous que dormir convenablement est l’une des habitudes que l’on devrait maintenir. En effet, un sommeil suffisant est l’un des comportements à avoir pour préserver le bon fonctionnement du cerveau. Mais, on a tendance à ne pas prendre ce conseil à la lettre. C’est pourquoi la fondation Alzheimer nous rappelle que : « manquer de sommeil ou souffrir d’apnée du sommeil peut provoquer des problèmes de concentration ou de mémoire. Par ailleurs, c’est durant le sommeil que le cerveau évacue ses déchets, notamment les protéines bêta-amyloïdes ». Si vous dormez moins de 7 heures par nuit sur le long terme, vos capacités cognitives commenceront à s’amenuiser.

2. La consommation des aliments industriels est néfaste au cerveau

Une étude effectuée à l’université de l’État d’Ohio a réussi à montrer qu’il existe un rapport entre la santé du cerveau et les aliments industriels. Pendant leurs études, ils ont nourri des rats en âge avancé avec des aliments ultra-transformés sur 30 jours. En observant leur cerveau, ils ont remarqué beaucoup d’inflammations et une perte de mémoire. Avant cela, des scientifiques avaient émis des sonnettes d’alarme contre la mauvaise influence de ses aliments sur les neurones.

Le but de l’alimentation est d’apporter des éléments nutritifs au bon fonctionnement du cerveau. Pourtant, les sucres et les graisses saturées sont très présents dans les aliments transformés, ce qui conduit souvent à des troubles de la mémoire chez l’enfant et à un fort risque d’apparition de l’Alzheimer.

Que faut-il privilégier dans nos plats ?

Pour une telle situation, il est recommandé de favoriser les repas faits maison. Ce faisant, vous pourrez limiter les éléments négatifs de la santé cérébrale comme le sucre, le gras, les édulcorants, le sel, les colorants, les conservateurs et les autres additifs abondant dans les aliments industriels. Privilégiez les aliments riches en antioxydants, en fer, en oméga-3 et en eau. Ils participent au bon fonctionnement du corps.

3. L’écoute prolongée de la musique très fort est néfaste au cerveau

Si vous écoutez de la musique avec un volume très élevé, vous augmentez le risque de perdre l’audition. Cela peut également avoir des conséquences négatives sur le développement du cerveau, car il existe un lien entre le trouble de l’audition et la démence. Ce fait est soutenu par les travaux du Dr Frank Lin de l’université Johns Hopkins Medicine : « les scintigraphies cérébrales nous montrent que la perte auditive peut contribuer à un taux d’atrophie plus rapide dans le cerveau ». Il est préférable d’écouter de la musique avec un volume bas.

4. La solitude est néfaste au cerveau

La revue New England Jouranl of Medecine a publié une étude qui montre que la solitude peut nuire au développement du cerveau. Si vous avez tendance à rester seul sur de longs moments, votre cerveau ne sera pas assez stimulé et cela va réduire la formation des nouveaux neurones. Par ailleurs, lorsque vous êtes en contact vos proches et que vous effectuez des activités ou que vous travaillez avec ces derniers, vous stimulez de la meilleure des manières votre cerveau, ce qui permet de ralentir son vieillissement. Un article dans Gen Psychiatry expliquait en 2010 que « le fait d’avoir des liens étroits avec les amis et la famille et de participer à des activités sociales significatives peut aider les gens à mieux maintenir leurs capacités de réflexion plus tard dans la vie et à ralentir le déclin cognitif ».

5. La sédentarité est néfaste au cerveau

Il existe une relation très claire entre la sédentarité et la baisse des capacités cognitives. Cette relation a déjà été prouvée par plusieurs études scientifiques. Si vous pouvez être tout le temps en mouvement, faites-le. Dans le cas contraire, aménagez votre emploi du temps pour exercer au minimum une activité physique comme la marche pendant au moins trente minutes. Ce faisant, votre cerveau et votre corps vous remercieront.